L’eau jaillit des bornes fontaines dans la périphérie de Kinshasa

Sent by Isabelle Izika SND

– D’une population désespérée par l’oubli du gouvernement à des banlieusards contents de l’Union européenne

Kinshasa, – Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en République Démocratique du Congo, l’Union Européenne, U.E., avec ses  fonds propres a foré des puits et construit des fontaines qui approvisionnent en eau potable  les populations de plusieurs quartiers dans la périphérie de la ville de Kinshasa. Ces banlieusards sont passés du désespoir à la joie.

La joie est palpable à l’exemple cette banlieusarde à la cinquantaine épanouie. « L’eau, c’est là vie, souligne Madame Malvinas Moko, habitant du quartier Mokali, dans la commune de Kimbaseke. Quand l’Union Européenne avait construit des fontaines pour la population, cela avait apaisé la souffrance en eau potable.   Mais ça fait aujourd’hui quatre mois, le puits a été foudroyé et nous avons repris nos anciennes habitudes d’aller chercher l’eau à la rivière. Car celle-ci n’est pas potable ».  La dame a fait savoir que les fontaines construites par l’Union Européenne ont apporté l’espoir à la population malgré le fait que cela ne date pas d’une année.  Pour cette population désespérée,  sortir  50 Fc pour une  gourde de 25 litre d’eau potable, a été   une assurance de bonne santé.  Monsieur Serge Nguba a déploré   la mauvaise gestion des fonds provenant de l’achat de l’eau à Mokali. Il a ajouté que la population souffre aujourd’hui sans eau lors que  le peu d’argent payé devait permettre le remplacement de la  pièce endommagée.

Tous les habitants de la périphérie ont signalé aux journalistes descendus dans la banlieue pour une tournée d’inspection avec l’Union européenne : « Dans ces quartiers de Mokali comme partout dans la périphérie  la Regideso (entreprise publique de distribution d’eau) n’a pas d’image positive, ses bureaux sont transformés en boutiques ou affectés  à autres usages ». Dans la foulée, les populations des banlieues  de Kinshasa ont déclaré se sentir oublié par les autorités de la place. « Ces dernières pensent à nous s’ils cherchent des postes au gouvernement, a stigmatisé un habitant du lieu gardant l’anonymat ». Celui-ci a fait savoir à la journaliste  de l’agence catholique Dia que les autorités du gouvernement du pays se comportent  en irresponsables dans leurs actes et leurs façons de diriger. Il a signalé qu’ils font toujours semblant de se préoccuper des conditions de vie de la population périphérique,  pensant  que la vie  se limite  au centre ville. 

Encore plus des puits pour approvisionner la population   

Dans cette même logique d’aider la population à s’approvisionner en eau potable et pour assurer  sa santé, une source a été aménagée  par l’Union européenne à Tswenge, un autre quartier  dans la même commune de Kimbaseke. Les bénéficiaires ont fait savoir que leur source ne se tarit pas mais  se révèle insuffisante face à la surpopulation. Ils ont exprimé aux représentants de l’UE leurs souhaits en avoir plusieurs dans différents quartiers du lieu. Toutefois ils ont manifesté la joie de posséder une source alors que tant d’autres quartiers sont en manque.  Dans un autre  quartier populaire, une vendeuse d’eau à la population, a remercié l’Union européenne pour cette initiative depuis cinq mois. Les habitants de ce nouveau quartier Ngamasita  sont  désormais assurés de boire une eau pure de bonne qualité. Elle déplore l’incompréhension des bénéficiaires : « ils  payent difficilement l’eau ne sachant pas que c’est grâce à  cet argent que la compagnie peut remplacer les pièces une fois endommagées ». 

Apprendre à la population la bonne gestion du bien public

Au-delà de la joie de posséder une borne fontaine en état de fonctionnement, la population de Mfumu Nkento, autre quartier visité, toujours à Kimbanseke, a appris à rendre soin de sa fontaine publique. Ce quartier est approvisionné en eau potable depuis le 20 décembre 2007, par une citerne de 18 mètres cube d’eau. Ladite citerne construite par l’Union Européenne est une propriété de toute la population. Avec sept bornes,  cinq fonctionnent normalement. Dans ce travail, le chef de  quartier, a signalé que pour une distribution d’eau sur toute l’étendue de sa circonscription, il faut tenir compte de la pression hydraulique.  Ces sources forées par l’U.E., fonctionnent grâce au carburant qui fait tourner le moteur. Les populations puisent l’eau de lundi à samedi de 7h à 16h, pour que le comité de gestion se repose le dimanche.  Dans le quartier Mfumu Nkento, une gourde de 25 litre coûte 30 Fc, cet argent sert à maintenir l’œuvre en état de fonctionnement. 

Le chef de  quartier a  condamné les visites des agents du ministère de l’énergie qui importunent les membres du comité leur demandant de l’argent et les documents qui leur donne l’autorisation de gérer des fontaines. Il a précisé que partout où les fontaines sont installées dans les parcelles des individus, chaque propriétaire bénéficie de 100 litres d’eau gratuitement.  Dans cette même optique une source est aussi aménagée au quartier Tala Ngai  à Mikondo par l’Union européenne permettant la population de ce coin d’éviter les maladies hydriques. Ce quartier est situé à la sortie de la ville sur la route allant vers la province voisine de Bandundu. Les bénéficiaires ont exprimé la même satisfaction envers l’Union européenne  pour avoir songé à eux si loin physiquement du centre ville et peut être aussi loin des préoccupations des autorités de la Regideso. (Agence catholique D.I.A www.dia-afrique.org )